You are here: Home \ Ehealth \ Zebra Academy, a novel concept of ‘pre-hospital stroke unit care’

Zebra Academy, a novel concept of ‘pre-hospital stroke unit care’

28 June 2016 - 9:04

Zebra Academy : la visioconférence peut sauver des vies

Entretien avec Bastien Ritzen, CEO de Zebra Academy

Lors d’un accident vasculaire cérébral (AVC) chaque minute qui passe, c’est 2 millions de neurones qui disparaissent. Le délai de prise en charge est donc crucial pour l’état de santé ou même l’espérance de vie de la victime.

Quelle est l’origine de votre projet ?

L’UZ Brussel (VUB) cherchait une solution pour intervenir plus tôt dans la prise en charge de l’AVC. Partant du constat que toute une série d’actions pouvaient être assurées en pré-hospitalier, c’est-à-dire à bord d’une ambulance, et qu’aucune société n’offrait ce type de solution, un projet de recherche financé par Innoviris a été initié. Après près de 4 ans de recherche, la société Zebra Academy a été créée pour proposer notre solution innovante sur le marché.

 

Comment assurer-vous une prise en charge rapide ?

Grâce à une solution de télémédecine en ambulance pour mettre l’expert médical le plus rapidement possible en contact avec la victime. La solution de visioconférence mise au point permet en effet de réaliser un diagnostic médical dans l’ambulance pour ne plus devoir attendre l’arrivée à l’hôpital. Le médecin peut questionner le patient tout en disposant des paramètres vitaux mesurés dans l’ambulance.  L’étude clinique qui vient de se terminer après 1 an et demi de mise en oeuvre a montré que le temps entre l’appel au 112 et le scanner dans l’hôpital est réduit en moyenne de 20 minutes pour le groupe pour lequel la télémédecine a été utilisée.

 

Concrètement en quoi cela consiste-t-il ?

Il y a d’une part un écran avec caméra intégrée dans l’ambulance et d’autre part une plateforme web pour le médecin.

Nous proposons ainsi une solution simple et rapide afin que le personnel médical à bord de l’ambulance ne doive pas se soucier de la technologie et puisse se consacrer à la prise en charge de la victime. Le médecin gère à distance la caméra pour réaliser un examen neurologique, interagir avec le patient et grâce à la plateforme web, avoir un support à la décision pour évaluer s’il s’agit bien d’un AVC et si c’est le cas, de sa sévérité. Il dispose également des paramètres vitaux transmis en direct depuis l’ambulance.

Toutes ces informations sont centralisées dans un rapport mis à disposition sur la plateforme, ce qui permet à l’hôpital de déjà accéder à toutes les informations et de préparer la prise en charge en conséquence (mobiliser le radiologue, préparer le scanner, …). Tout cela permet de démarrer le traitement du patient dès son arrivée à l’hôpital. En tout ce sont près de 20 minutes sauvées et quand on sait que dans le cas d’un AVC, chaque minute compte …

Pour l’instant seul l’UZ utilise votre technologie ?

Une ambulance de l’UZ est équipée depuis 1 an et demi et deux autres hôpitaux bruxellois vont également l’utiliser. Notre objectif est de couvrir le territoire bruxellois et d’étendre à la Wallonie et à la Flandre. Nous avons bien entendu l’ambition de nous étendre au niveau européen.

 

Si l’on devait synthétiser, quels sont pour vous les avantages qu’offre votre solution ?

Pour la victime, c’est bien entendu de favoriser une prise en charge rapide pour augmenter les chances de recouvrement. Pour les prestataires de soins, il est important de préciser que notre projet se base sur une problématique et un besoin identifiés au sein même d’un hôpital. Nous avons impliqué toutes les personnes qui entrent en jeu dans le traitement et le suivi du patient afin de nous assurer que notre technologie ne soit pas un frein mais au contraire un outil qui facilite et améliore leur pratique. Enfin et c’est non négligeable pour un hôpital et notre système de santé, le fait d’agir rapidement et adéquatement permet de réduire les coûts (d’hospitalisation, de suivi, de réadaptation, …).

 

Une actualité que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Oui, nous venons d’apprendre l’obtention de notre SME Instrument Phase I. Il s’agit d’un programme européen très concurrentiel pour lequel nous avions introduit un dossier.